Origine, de Dan Brown

By lundi, décembre 11, 2017

Origine

Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie, arrive au musée Guggenheim de Bilbao pour assister à la conférence d'un de ses anciens élèves, Edmond Kirsch, un éminent futurologue spécialiste des nouvelles technologies. La cérémonie s'annonce historique car Kirsch s'apprête à livrer les résultats de ses recherches qui apportent une réponse stupéfiante aux questions fondamentales sur l'origine et le futur de l'humanité. Mais la soirée va brusquement virer au cauchemar. Les révélations de Kirsch risquent d'être perdues à jamais. Contraint de quitter précipitamment Bilbao, Langdon s'envole pour Barcelone en compagnie d'Ambra Vidal, la directrice du musée. Ensemble, ils vont se lancer en quête d'un étrange mot de passe qui permettra de dévoiler au monde la découverte de Kirsch.

Ouvrage paru en 2017 - Support papier - Editions JC Lattès
Tome 5 du cycle Robert Langdon - 565 pages


L'avis de Nanou

Voici une des lectures que j'attendais avec le plus d'impatience cette année. J'adore Dan Brown et ses romans qui ressemblent à une chasse au trésor, mais un trésor non pas fait d'or ou de joyaux, mais de vérités et de codes, de secrets cachés dans l'Histoire. C'est toujours palpitant, on est entraîné dans cette course contre la montre, avec le grand professeur Langdon, un personnage vraiment attachant.

Malheureusement, j'ai été assez déçue par Origine.

Nous retrouvons donc notre professeur impliqué dans une histoire farfelue, un meurtre devant des millions de gens, obligé de s'enfuir pour faire jaillir la vérité à la lumière. L'histoire semble intéressante. Mais voilà, pour moi il s'agit surtout d'un roman politique et religieux. L'auteur s'étend beaucoup sur l'Espagne et sa situation politique, un sujet certes intéressant mais pas au point d'en parler à presque chaque chapitre. Ce que j'aime avec Brown, c'est la recherche des codes dans l'art ou la religion, dans les grands motifs très connus de l'histoire de l'humanité. Dans ce livre, il n'y en avait pas. Ou très peu. Le mot de passe que Langdon recherche pour diffuser les découvertes de son ami est trouvé en assez peu de temps, et sans réels obstacles. C'est décevant pour le lecteur habitué à chercher en même temps que les personnages.

J'ai bien aimé néanmoins le mélange entre l'histoire, la science, l'art et la religion, des sujets très divers qui font naître beaucoup de débats, plus ou moins violents (un congrès entre scientifiques ou une attaque terroriste, par exemple...). Et un personnage très particulier fait dans ce roman une apparition, il s'agit de Winston, une intelligence artificielle créée par Kirsch. L'auteur arrive à nous faire nous attacher à lui, alors que ce n'est qu'un programme dans un ordinateur ! Là encore, on est amené à se poser beaucoup de questions.

Dans l'ensemble, une grande déception quand même pour l'absence de réelle chasse au symbole, comme l'auteur a l'habitude de faire, ainsi qu'une trop grande propension à parler politique ou religion. Je sais que ce dernier thème est central de l'ouvrage, car en totale opposition à la science, mais j'ai senti comme un déséquilibre dans l'ensemble, bien dommage au final.

Note : ★★★☆☆
Billet d'origine : Aucun.

Vous aimerez aussi...

0 commentaires